Marie Salaün

MSAffiliation professionnelle : Professeur à l’Université Paris Descartes

Discipline : Anthropologie de l’éducation

Coordonnées professionnelles :
Centre d’anthropologie culturelle CANTHEL EA 4545

Université Paris Descartes – Faculté des sciences humaines et sociales

45 rue des Saints-Pères 75006 Paris

Contact : marie.salaun(at)parisdescartes.fr

http://www.canthel.fr/marie-salaun.html

Domaines de recherche :

 Marie Salaün travaille sur le mot d’ordre d’une décolonisation de l’école dans le Pacifique insulaire.

Après une thèse de sociologie sur la sociohistoire de la scolarisation des Kanak de Nouvelle-Calédonie, elle a consacré ses recherches aux enjeux de la prise en compte des langues et cultures locales par l’institution scolaire. Au croisement de l’anthropologie du curriculum et de l’histoire de l’éducation, elle interroge, désormais en Polynésie française, les rapports entre savoirs autochtones et savoirs scolaires, et les enjeux de la transposition didactique. Les savoirs autochtones une fois coulés dans le moule de la forme scolaire, entretiennent un rapport problématique avec la réalité de la culture vécue, et un rapport non moins problématique avec les savoirs scolaires, dans la mesure où leur construction repose sur un mot d’ordre de refus de l’école telle qu’elle existe et des savoirs qu’elle véhicule. Il s’agit de prendre au sérieux les effets que peut avoir tout changement dans le système de transmission des savoirs sur leur contenu : la transmission des savoirs autochtones s’est faite jusqu’à présent hors de l’école, quelles peuvent être les conséquences sur la nature de ces savoirs du fait qu’ils soient transmis désormais par l’école ? Quel type de réflexivité les sujets vont-ils développer à propos de leur culture d’origine si le lieu principal de son apprentissage est l’école (et non plus la communauté)? Jusqu’où la scolarisation de la culture peut-elle s’opérer dans le respect de la forme scolaire et jusqu’où peut-on le faire sans transformer radicalement cette fonction de l’école qui est de transmettre des savoirs qu’elle seule peut transmettre ? Son second axe de recherche est développé dans le cadre du programme AUTOCHTOM et concerne le rapport à l’école en contexte postcolonial. Si tous les commentateurs s’accordent sur la persistance de difficultés scolaires, dont témoignent les taux d’illettrisme et de décrochage, massifs en Polynésie française, l’étiologie spontanée de cet état de fait incrimine des déterminants « culturels » relevant d’une hypothétique psychologie collective a-temporelle et non d’une expérience historiquement située. Face à cette lecture cutluraliste et ce déni d’historicité, la recherche porte sur l’histoire et la mémoire collective de l’institution scolaire, telle qu’elles se transmettent de génération en génération dans les familles. L’hypothèse ici est que le rapport à l’école est fortement balisé par l’expérience que les Tahitiens ont eue de la situation coloniale et de ses aménagements possibles. Si le fait colonial a bouleversé les sociétés autochtones, il faut probablement voir comment ces sociétés ont développé des stratégies compatibles avec leurs répertoires moraux pour traverser le moment colonial au mieux de leurs intérêts. En quoi le rapport à l’école aujourd’hui reflète-t-il ces stratégies ?

Mots-clés : école, situation coloniale, décolonisation, plurilinguisme, savoirs autochtones, Polynésie française, Nouvelle-Calédonie.

Principales publications :

 Ouvrages :

  • Décoloniser l’école ? Hawai’i, Nouvelle-Calédonie. Expériences contemporaines, Presses Universitaires de Rennes, collection Essais, 2013, 304 p.
  • L’école indigène. Nouvelle-Calédonie. 1885-1945, Presses Universitaires de Rennes, collection Histoire, 2005, 280 p.

 Direction d’ouvrages :

  • Avec Laurent Dousset et Barbara Glowczewski, (dir.), Les sciences humaines et sociales dans le Pacifique Sud. Nouveaux terrains, nouvelles approches, Pacific Credo Publications, 2014.
  • Avec Natacha Gagné (dir.), Visages de la souveraineté en Océanie, Cahiers du Pacifique Sud Contemporain, 4, Paris, L’Harmattan, 2010.
  • Avec Natacha Gagné et Thibault Martin (dir.). Autochtonies. Vues de France et du Québec, Québec, Presses de l’Université Laval, collection Mondes autochtones, 2009, 530 p.
  • Avec Christine Demmer, (dir.), A l’épreuve du capitalisme. Dynamiques économiques dans le Pacifique, Cahiers du Pacifique Sud Contemporain, 4, Paris, L’Harmattan, 2007.

 Direction de numéro de revue :

  • Avec Christine Jourdan (eds), « Vernacular and culturally-based education in Oceania today : Articulating global, national and local agendas », Current Issues in Language Planning, 14(2), 2013.
  • Avec Natacha Gagné(eds), « Indigeneity in Oceania Today:A Conceptual Tool, a Battle Cry and an Experience, Social Identities », Journal for the Study of Race, Nation and Culture, 18.4, 2012.

 Articles :

  • « Adapter l’école… ou en finir avec l’Outre-mer ? », Diversité, 178, 2014, pp. 147-152.
  • Avec Christine Jourdan, “Vernacular and culturally-based education in Oceania today : Articulating global, national and local agendas”, Current Issues in Language Planning, 14(2), 2013, pp. 205-216.
  • Avec Natacha Gagné, « Les chemins de la décolonisation : perspectives du Pacifique insulaire », Critique internationale, 2013/3 (60), 2013, pp. 111-132.
  • « L’ethnographie à l’heure des ‘bonnes pratiques’. Retour sur une expérience tahitienne », Les Sciences de l’éducation pour l’ère nouvelle, 1, 2013, pp. 77-94
  • « Quand la langue d’origine rencontre la forme scolaire : le cas du tahitien en Polynésie française », Revue française d’éducation comparée, 8, 2012, pp. 185-206.
  • Avec Natacha Gagné, « Appeals to Indigeneity in Oceania : A Discussion », Social Identities, Journal for the Study of Race, Nation and Culture, 18.4, 2012, pp. 381-398.
  • « Un colonialisme glottophage ? L’enseignement de la langue française dans les écoles indigènes en Nouvelle-Calédonie (1863-1945) », Histoire de l’éducation, 128, 2010, pp. 53-77.
  • « From ‘primitive mentality’ to ‘clash of cultures’ : stereotypes and indigenous underachievement in New Caledonian schools », Intercultural Education, 20.3, 2009, pp. 231-241.
  • Avec Natache Gagné, « De la difficulté à traiter les faits sociaux comme des « choses » : l’anthropologie et la question autochtone », Monde Commun, 1 (2), 2009, pp. 68-100.
  • Avec Jacques Vernaudon, « La citoyenneté comme horizon : destin commun, demande sociale et décolonisation de l’École en Nouvelle-Calédonie aujourd’hui », Anthropologie et Sociétés, 33-2, 2009, pp. 63-80.
  • « Are Kanak languages to be taught ? Social demands and linguistic dilemmas in contemporary New Caledonia », Journal de la Société des Océanistes , 125-2, 2007, pp. 262-269.
  • « Une institution républicaine ? L’école indigène en Nouvelle-Calédonie. 1885-1945. », French Colonial History, 7, 2006, pp. 143-164.
  • « Les moniteurs kanak ou l’impossible élite indigène en Nouvelle-Calédonie », Genèses, 43, 2001, pp. 71-88.

 

Chapitres d’ouvrages collectifs :

  • Avec Mirose Paia, Jim Cummins, Isabelle Nocus, Jacques Vernaudon, “Intersections of Language Ideology, Power, and Identity : Bilingual education and Indigenous Language Revitalization in French Polynesia”, in W. Wright, S. Boun & O. Garcia (Eds.), The Handbook of Bilingual and Multilingual Education, , Hoboken, Johen Wiley & Sons, 2015, pp. 145-163.
  • Avec Jacques Vernaudon, , « Décoloniser la recherche, pratiquer la recherche en contexte de décolonisation : retours d’expérience sur la promotion d’une école plurilingue. Nouvelle-Calédonie, Polynésie Française, 2002-2012 », in Fillol, V. et Le Meur, P.-Y. (Eds.), Terrains océaniens : enjeux et méthodes, Cahiers du Pacifique sud contemporain, Paris, L’harmattan, 2014, pp. 159-174.
  • Avec Véronique Fillol, « Entre instrumentalisation politique et impensé didactique : destin postcolonial des langues kanak comme langue d’enseignement et de culture en Nouvelle-Calédonie », in Colonna, R. (Ed.) Des paroles, des langues et des pouvoirs, Paris, L’Harmattan, coll. Espaces discursifs, 2014, pp. 183-200.
  • « L’expérimentation ECOLPOM en Polynésie française : aspects sociolinguistiques », in I. Nocus, J. Vernaudon, M. Paia, (Eds.), Apprendre plusieurs langues, plusieurs langues pour apprendre : l’école plurilingue en Outre-mer, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014, pp. 155-172.